Une journée à la Maison Perce-Neige
de Bois-Colombes

Retour

Inauguré en 2002, cet établissement situé dans les Hauts-de-Seine accueille 30 résidents – dont certains polyhandicapés – qui bénéficient tous d’une approche très porteuse en termes de qualité de vie : la Stimulation Basale.

 

Une véritable maison

En arrivant devant la Maison Perce-Neige de Bois-Colombes, nous sommes accueillis par de larges sourires. Les murs sont parsemés de photos et de dessins réalisés par les résidents qui traduisent l’esprit voulu pour ce lieu de vie : être une véritable maison.

 

Le temps de conclure une réunion de travail, France Comtesse, la directrice, nous reçoit. Son dynamisme communicatif laisse deviner qu’elle est totalement dévouée à la vie de la Maison Perce-Neige de Bois-Colombes (…)

Son expertise dans la direction d’établissements pour personnes handicapées, dont un Établissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) de 180 travailleurs en Haute-Normandie, lui permet d’insister sur la différence de Perce-Neige : « Nous essayons de proposer un maximum de temps en individuel et d’être à l’écoute de chaque résident pour améliorer son bien-être. »

J’attache beaucoup d’importance à la posture professionnelle des accompagnants et leur façon de s’impliquer dans la relation à l’autre, dans une présence et une attention particulières
France Comtesse

Trois étages, trois types de handicap

Ouverte 365 jours par an, 24 heures sur 24, la Maison Perce-Neige de Bois-Colombes est organisée sur trois niveaux. Le rez-de-chaussée accueille 10 résidents polyhandicapés, le premier étage 10 résidents présentant des traits autistiques et le second étage 10 résidents en perte d’autonomie. Chaque étage dispose de sa propre salle à manger où se déroulent également des activités communes comme des animations ou spectacles organisés régulièrement.

 

Découvrir le polyhandicap

Le polyhandicap associe déficience motrice et déficience mentale entraînant une restriction extrême de l’autonomie et des possibilités de perception, d’expression et de relation. Pour une personne polyhandicapée, les handicaps ne s’additionnent pas, ils se multiplient générant une dépendance importante nécessitant une aide humaine et des soins permanents.

Les causes peuvent être prénatales (malformations, AVC prénataux…), périnatales (dont une partie liée à des souffrances foetales ou de grandes prématurités) ou postnatales. Ces multiples handicaps provoquent des difficultés à se situer dans l’espace et le temps, une fragilité des acquisitions de la mémoire et le plus souvent l’absence de langage ou la mise en place d’un langage très rudimentaire. Les nombreux troubles (paralysies, trouble de l’équilibre, luxation des hanches, scolioses évolutives…) génèrent souvent des douleurs. Chaque année, des centaines d’enfants polyhandicapés naissent en France.

Un accompagnement adapté

« Au-dessus des lits nous avons installé un système de rail électrique lève personne qui facilite les différentes interventions de la journée comme par exemple le coucher ou bien le déplacement vers la salle de douche. Cela participe également à faire vivre une expérience sensorielle différente aux résidents souligne Jessica Leslin, une pétillante psychomotricienne de 27 ans qui a récemment rejoint la maison. Ce type d’appréhension des soins entre dans le cadre de la Stimulation Basale que nous proposons à l’ensemble des résidents.

Cette approche consiste à permettre aux personnes de prendre conscience de leur corps et de leur environnement grâce à des stimulations liées aux sens, aux mouvements et aux vibrations. Toutes ces sensations qui se répètent au quotidien, qu’elles n’ont jamais pu éprouver du fait de leur handicap, vont participer à leur construction et surtout à réduire considérablement des angoisses profondes. » (…)

L’approche Basale est également utilisée pour les réveils, les repas, l’habillage, le positionnement dans un fauteuil, au lit ou au sol.

30 résidents, 30 projets personnalisés

La Stimulation Basale s’inscrit dans une approche encore plus large prenant en compte la qualité de vie des résidents et concrétisée par un projet personnalisé.

Tous les professionnels en contact avec lui (encadrants, infirmiers, psychologues, psychomotriciens, aides-soignants, animateurs…) contribuent à la réalisation de ce document qui sera ensuite soumis aux familles puis enfin au résident lui-même ou à son tuteur. (…)

« Cette démarche, commune à toutes les Maisons Perce- Neige, est particulièrement exigeante. Mais c’est un formidable outil au service de nos résidents qui nous aide à mieux accomplir notre mission au quotidien  » précise François Zimmer, chef de service.

Extraits du dossier de notre magazine de mars 2017

Nous ne pourrons jamais réparer le handicap mais nous pouvons par contre faire en sorte que les résidents vivent le mieux possible en respectant leur intégrité en tant que personne.
François Zimmer