Passion du vélo pour les personnes en situation de handicap

Retour

Randonnées à vélo le long des  chemins de halage, une tradition inscrite de longue date à la Maison de Baracé (Anjou).

Il faut dire que la Région des Pays de la Loire est bien dotée en cours d’eau et voies sur berges aménagées pour faciliter les balades à pied, à vélo ou à cheval. Autrefois utilisés comme moyen de traction terrestre des bateaux  tirés à  la corde par la force des bras ou des chevaux,  les chemins de halage sont maintenant devenus le domaine de la multi-randonnée.

Inconditionnels du cyclotourisme

C’est ainsi que depuis plusieurs années les personnes porteuses de handicap(s) accueillies à la Maison Perce-Neige de Baracé sillonnent  à vélo le territoire du grand Ouest. En séjours itinérants, elles ont emprunté les chemins de la Vilaine de Redon à Rennes ainsi que du canal d’Ille-et-Rance de Rennes  à  Saint-Malo. En 2017, un groupe de six résident(e)s encadré de deux animateurs ont ainsi parcouru  en autonomie complète plus de 120 km sur les routes et voies vertes le long du Loir. Un véritable exploit  à la fois physique et organisationnel pour les résidents qui, en raison de leur handicap, éprouvent des difficultés à se prendre en charge au quotidien.

2018, destination la Mayenne

Cette année, leur choix  s’est porté sur la rivière Mayenne et son long ruban de 85 km, ses nombreuses écluses habitées à l’année, son espace naturel protégé abritant une riche diversité de la faune et de la flore. Royaume du poisson blanc et des grosses prises : brochets, sandres, carpes au menu de nombreux restaurants qui bordent la rivière.

En juin dernier Estelle,  Vanessa, Cédrik, Franck, Guillaume, Olivier et Laurent ont ainsi fait des randonnées ‘en marguerite’ dans la vallée avec  comme point de ralliement le camping où ils résidaient dans le village de Mesnil près de Château Gontier. Ils ont goûté aux joies d’emprunter le bac, autrefois utilisé par les écoliers pour rejoindre l’autre rive et qui permet maintenant le transport aussi bien de piétons, cyclistes, cavaliers, motards ou automobilistes. Ils ont pu observer le passage en amont et en aval des bateaux aux écluses, vivre des moments privilégiés, faire des rencontres en dehors du cadre de la Maison Perce-Neige.

Cohésion de groupe, recherche d’autonomie

Au fil de ces journées, s’est installée une véritable dynamique de groupe avec  la participation de chacun à la hauteur de ses capacités : en autonomie sur un vélo, en tandem pour les personnes avec des soucis d’équilibre, de coordination ou tout simplement d’appréhension, en bi-porteur pour les personnes ne pouvant pédaler ou bien en permanent au camp de base pour assurer la logistique des repas.

Le but visé n’est pas la performance sportive mais bien la confiance et l’estime de soi ainsi que l’ouverture aux autres qui parfois fait émerger des ressources insoupçonnées. Ce type d’activité est important pour sortir de la routine, susciter des rencontres et des échanges, créer de la motivation et l’envie d’aller de l’avant.