Sylvain, chronique ordinaire de l'autisme

Retour

Derrière l’histoire de Sylvain, résident, pointent les difficultés vécues par de nombreux parents d’enfants autistes. Durant des années, la vie de Thierry et Cécile Crahé a été parsemée d’épreuves avant que leur fils soit accueilli à la Maison Perce-Neige de La Chapelle-sur-Erdre. Depuis, tout a changé. Sylvain est heureux dans “sa” maison, Thierry et Cécile réapprennent à vivre.

Thierry et Cécile ont mis beaucoup de temps avant d’apprendre que Sylvain était autiste. De nombreux signes pourtant auraient permis d’identifier son handicap. Ils ont affronté seuls le parcours des spécialistes et des experts, sans comprendre vraiment ce qui arrivait à leur famille. Le plus dur pour eux était de constater que Sylvain était en souffrance à l’école, ce qu’un psychologue leur a dit un jour sans apporter pour autant de réponse.

Son autisme l’a éloigné des autres, plus par incompréhension que par méchanceté. Du pique-nique où l’on oubliait de le faire manger, à la sortie à cheval où, parce que les encadrants pensaient qu’il faisait exprès de ne pas comprendre, on le laissait seul dans l’écurie alors que les autres partaient en balade, Sylvain s’est peu à peu replié sur son incompréhension du monde. Un jour, il a déclaré comme un appel au secours à ses parents : « C’est quoi d’être handicapé de la tête ? » Alors Thierry et Cécile ont accepté l’inimaginable, mettre leur enfant dans une institution spécialisée. Et là, ce fut encore plus dur. Structure éloignée géographiquement, harcèlement dans les transports découvert des mois plus tard, placement dans un établissement avec des enfants violents… rien ne leur a été épargné. La faute à pas de chance ? Non, tout simplement la vie de parents d’enfants atteints de handicap avec une accélération des difficultés lorsque l’âge de la majorité se rapproche.

Le plaisir de réapprendre à vivre

Thierry et Cécile parlent avec pudeur de cette période difficile. Ce parcours du combattant, jalonné, malgré tout de trop rares rencontres avec des professionnels bienveillants et à l’écoute, les a plongés l’un après l’autre en dépression. Ils s’en sont sortis en restant soudés tout en étant parfaitement conscients que d’autres couples volent en éclat. Le 21 avril 2015, le sourire est revenu sur leurs visages. Sylvain avait une place à la Maison Perce-Neige de La Chapelle-sur-Erdre. Enfin une bonne nouvelle ! « Depuis, nous sommes en paix car nous savons que quand nous ne serons plus là, Sylvain sera toujours chez lui. »

Thierry et Cécile pensent aujourd’hui à l’avenir avec un regard complice. Eux qui n’ont jamais pris l’avion envisagent un premier voyage. Destination : l’Irlande ! « On s’autorise à revivre. C’est une renaissance pour nous ! »

 

Extraits de notre magazine de juin 2017

Nous sommes en paix car nous savons que quand nous ne serons plus là, Sylvain sera toujours chez lui.
Cécile et Thierry

Suivez-nous