La musique, langage universel

Atelier musique dans les Maisons Perce-Neige

Retour

C’est bien connu, la musique adoucit les moeurs. Mais ce n’est pas sa seule vertu : elle ressource, apaise, et peut même avoir des bienfaits sur la santé. Les instruments, les sons et les rythmes peuvent agir positivement sur les capacités sociales, mentales et physiques des personnes. C’est pourquoi les Maisons Perce-Neige accordent à la musique une place de choix et proposent aux résidents des ateliers musicaux.

La musique, langage universel

Depuis quelques mois, la Maison de Saint-Paul-en-Jarez (Loire) met à disposition de ses résidents un Bao-Pao. Sous ce nom mystérieux se cache un instrument de musique atypique, composé de quatre arcs métalliques au bout desquels se trouvent…des rayons lasers !

La genèse de l’atelier

Patrick Bouchereau, directeur de la Maison, a découvert cet instrument dans un établissement accueillant des trauma­tisés crâniens. Grâce au soutien des fondations Caisse d’Épargne et Médéric, l’instrument a fait sa grande entrée dans la maison de Saint-Paul-en-Jarez !

Une découverte commune

Quatre membres du personnel ont été formés à l’utilisation du Bao-Pao et peuvent désormais accompagner les résidents, dans une démarche de dé­couverte commune. Toutes les modalités de l’atelier ne sont pas encore fixées : l’idée est de se réunir au moins une fois par semaine. Plusieurs groupes vont être créés, par niveau. L’atelier est également l’occasion de tisser des liens avec d’autres établissements de la région qui sont invités à y participer régulièrement.

Le plaisir des sons

Les résidents jouent des mélodies qu’ils aiment, des chansons qu’ils connaissent depuis l’enfance : Édith Piaf, Johnny Hallyday, Claude François… Une chan­son peut se jouer seul, à deux, à quatre… À chacun son utilisation du Bao-Pao : certains sont intéressés par les sons, d’autres par la musique !

Les bienfaits du Bao-Pao

Les effets de l’atelier sont déjà très po­sitifs : certains résidents arrivent à res­ter concentrés pendant 1 h 30 ! Maxime, Aide Médico-Psychologique qui coanime l’atelier, constate : « Les résidents sont très sensibles à la musique et attendent toujours les séances avec impatience. Quel que soit leur handicap, ils prennent tous beaucoup de plaisir à jouer avec le Bao-Pao ».

BAO-PAO, mode d’emploi

Les arcs sont reliés à un système informatique : sons et morceaux y sont programmés à l’avance sur un ordinateur, pour une interprétation musicale assistée. Pour produire un son, le musicien doit traverser le rayon laser qui part d’un des arcs à l’aide d’une baguette ou de son doigt. Plus il bat doucement, plus le rythme est lent, plus il bat vite, plus il est rapide !

Vous avez dit « Bao-Pao ? »

Des origines exotiques, peut-être ? En réalité, ce nom désigne « Baguette Assisté́e par Ordinateur » (BAO) et « Puce À̀ l’Oreille » (PAO), du nom de l’association à l’origine de cet instrument. Mais il laisse libre cours à l’imagination, alors… à vos interprétations !

Avec cette activité, nous continuons à découvrir nos résidents. Certains ont des talents qu'on ne soupçonnait pas !
Audrey, aide-soigante

Orgue sensoriel à la Maison de Condorcet

La Maison d’Accueil Spécialisée de Condorcet (Drôme) accueille des personnes polyhandicapées. Les activités multisensorielles y occupent une place centrale. Elles permettent aux résidents de composer de la musique à leur rythme. Ce support peut s’adapter à chacun en tenant compte de ses capacités. Depuis novembre, la Maison Perce-Neige a fait l’acquisition d’un orgue sensoriel, afin de permettre à chacun de jouer de la musique.

Questions à la directrice de l'établissement, Michèle Galano


COMMENT VOUS EST VENUE L'IDÉE DE L'ORGUE SENSORIEL ?

En lien avec le projet d’établissement, nous voulions développer l’activité musique. Les résidents sont sensibles et perméables à toutes formes de musique. Les équipes, et particulièrement Marylène et Mélanie, ont rédigé un projet afin que les résidents puissent découvrir deux supports « musique » différents : le Bao-Pao et l’orgue sensoriel. L’orgue s’est révélé être le plus adapté à nos résidents : il permet à chacun de participer, quel que soit son handicap. Grâce au don d’un partenaire, il est désormais à leur disposition. Michel Fourcade, concepteur de l’objet, est venu en septembre former les équipes.

COMMENT FONCTIONNE CET INSTRUMENT ?

Au centre du dispositif, un ordinateur, un logiciel et 15 capteurs de différentes formes et couleurs. Les capteurs permettent une utilisation adaptée à chacun : souffler, appuyer, toucher, rouler, presser… Cet instrument permet d’exploiter les capacités physiques : doigts, mains, joues, pieds, bouche… Chaque capteur produit un son et une vibration différents. Grâce au logiciel, la mélodie créée est toujours harmonieuse ! Plusieurs professionnels ont été formés à son utilisation et ont créé un comité de pilotage. Ils transmettront leur savoir à leurs collègues.

QUELS EFFETS CONSTATEZ-VOUS CHEZ LES RÉSIDENTS ?

Ils perçoivent et réagissent aux sons et aux vibrations. On installe les enceintes autour d’eux pour qu’ils ressentent cette sensation physique par la vibration. Cette activité est aussi très valorisante pour eux : ils sont vraiment créateurs. Leurs expressions et réactions lorsqu’ils jouent eux-mêmes de la musique sont révélatrices de leur bien-être. Nous sommes très émus de voir que les résidents réussissent à produire de la musique, des rythmes…

LES SÉANCES SONT-ELLES RÉGULIÈRES ? COLLECTIVES OU PERSONNALISÉES ?

Les séances peuvent relever de l’accompagnement individuel ou collectif. Compte tenu de leur intérêt, elles se dérouleront au minimum une fois par semaine ! Mais nous ne souhaitons pas élaborer un emploi du temps figé. Cela dépend aussi beaucoup des souhaits et des envies des résidents. Nous nous adaptons à leur rythme.

Apprentis musiciens à la Maison de Colombes

La Maison de Colombes (Hauts-de-Seine) propose un atelier musique à ses résidents. Chaque semaine depuis un an, Yann vient faire jouer et chanter ces musiciens en herbe. Munis de leurs percussions, ils laissent s’exprimer leur créativité musicale. Avec le sourire, toujours !

« Un vrai petit orchestre ! »

Depuis l’arrivée de Yann, les résidents ont fait beaucoup de progrès : après les « cafouillages » des débuts, ils arrivent aujourd’hui à être synchronisés et en rythme. « Je les ai vus évoluer, un rapport de confiance s’est installé », observe Yann. Ils se retrouvent autour de chansons qu’ils connaissent et apprécient : depuis « I Will survive » aux « Champs-Élysées » en passant par « La ballade des gens heureux »… « Ils évoluent à chaque fois. Je le vois à leurs sourires ! »

Les barrières tombent

Pour Yann, « grâce la musique, les bar­rières tombent. Les interactions entre les résidents sont grandes. » Ils par­viennent à être dans l’écoute de l’autre. « Le temps d’une heure, ils sont diffé­rents », observe Yann. Pour lui, cet ate­lier prouve que tout le monde peut faire de la musique.

Des personnalités révélées

Fanny, la chef de service, confirme : « Lors de cet atelier, on voit des personnes différentes. Des personnes qui ne chan­taient pas chantent. Des résidents, qui ont du mal à bouger les membres, parti­cipent. On découvre des choses qu’on n’avait pas pu percevoir dans les autres ateliers. Un de nos résidents, d’habitude assez agité, est totalement différent durant l’atelier : calme, à l’écoute, concentré ! ». Ce moment, attendu avec impatience par les résidents, est une belle victoire pour le personnel de la maison.