Etre éducateur sportif dans une Maison Perce-Neige

Retour

« Tout au long de ma carrière, j’ai accompagné des personnes valides ou non à travers le sport. Je suis notamment à l’origine de l’activité canoë-kayak. La première vertu du sport est de favoriser le mouvement et donc de lutter contre la sédentarité. Le mouvement dans l’eau, plus facile pour une personne handicapée, apporte un bien-être physique mais aussi moral tout en participant à la socialisation. Mon objectif est de valoriser les capacités sans jamais mettre en échec les personnes. Sinon, elles peuvent ne plus avoir envie de revenir. Si la pratique sportive participe à la bonne santé, c’est également un élément essentiel de renforcement de la confiance en soi. Nous sommes toujours à l’écoute de ce que les résidents ont envie de faire. Et quand c’est possible, nous mettons en place une activité adaptée comme cela a été le cas pour le canoë-kayak. Ils découvrent qu’ils sont capables de le faire, ce qui les valorise beaucoup.

De notre côté, c’est une grande fierté de savoir que nous contribuons par notre travail à leur épanouissement. Grâce à la création du nouveau poste que j’occupe, la Maison multiplie les possibilités de sorties. Notre objectif est de proposer à chaque résident plusieurs activités physiques par semaine. Et cela ouvre aussi la voie à des animations quotidiennes variées. Une résidente ayant des difficultés de mobilité a ainsi fortement progressé en marche à pied. Elle mettait 56 minutes en septembre pour faire un tour de lac de 1,8 km, une activité très apaisante grâce à la présence de l’eau notamment. En avril, le chrono était tombé à 41 minutes ! C’est un travail d’équipe, résidents et personnels, ensemble tournés vers le même objectif. »