Travail sur la photo

"Une image vaut mieux que mille mots" Confucius

Retour

L’atelier « photo » de la Maison Perce-Neige de Baracé a été créé à partir d’un constat simple : comment faciliter la communication des personnes en situation de handicap, comment pallier les difficultés d’expression à l’oral, d’accès à l’écriture et à la lecture  des personnes accueillies ?

La photographie s’est alors imposée tout naturellement comme un langage universel, vecteur d’émotions et de partages. D’autant plus aisément que nombre de résidents sont venus à l’ouverture de la Maison, en juin1994, avec leur Instamatic, Polaroid ou photos de leurs familles.

Ainsi débute l’atelier photo, porté depuis maintenant 18 ans par Serge Boissel, animateur à la Maison de Baracé, ainsi que d’autres membres de l’équipe.

Très rapidement, les résidents ont voulu développer et tirer leurs propres photos, les rendre concrètes et palpables. Serge Boissel a alors proposé à un Club-Photo proche, celui de Soucelles-Villevêque, de créer un partenariat pour les aider et les accompagner dans cette démarche. Les membres ont tout de suite adhéré au projet qui faisait écho à la philosophie du Club.

Depuis deux décennies, ce partenariat s’inscrit dans un vaste travail, avec et par l’image, mené par l’équipe baracéenne, avec et pour les résidents, de la Maison. Sa mémoire iconographique est maintenant conséquente.

Le club se veut ouvert vers l’extérieur, un lieu où l’on partage sa passion, où on laisse parler l’image, les émotions, témoigne Camille Boucier, président du club de Soucelles. Lorsque j’ai pris la présidence du club en 2012, continuer et bonifier notre partenariat avec les adultes handicapés de Baracé a été pour moi une évidence. J’ai beaucoup appris à leurs côtés, même si au début cela était un peu déroutant car le champ du handicap mental ne faisait pas partie de mes schémas professionnels.»

Educateur spécialisé de formation, puis directeur de structures pour jeunes en rupture sociale, Camille Bourcier a beaucoup œuvré avec l’ancien président, Daniel Régnier, pour faire de ce partenariat une belle aventure humaine.

Ils  participent également aux expositions que nous organisons avec tout le travail en amont de préparation et de mise sous cadre de leurs clichés. A Baracé, durant chaque fête de Noël, mais aussi dans d’autres lieux.

Il y a 3 ans, nous avons eu le privilège d’exposer leurs œuvres aux côtés de deux artistes-plasticiens dans la crique de la chapelle St Julien de La Roche-Foulque avec la présence d’élus du Maine-et-Loire. Cet espace, maintenant lieu d’expositions artistiques, est superbe, l’expo l’était tout autant.

Dans l'oeil du viseur, ouverture sur le monde et communication grâce à la photographie

Avec les 40 autres membres du Club, ils participent aussi à notre rendez-vous annuel, une ballade-randonnée-photo, tous les 1er mai. Le thème de cette année est ‘Les rives de la Mayenne’ avec une découverte des environnements naturels et architecturés, pique-nique en commun et de nombreux clichés à la clef, que nous visionnerons et commenterons par la suite, tous ensemble.

Les années sont aussi ponctuées par des sorties-photo locales, à l’occasion desquelles résidents et quelques membres du Club explorent, les yeux rivés aux viseurs, des sites propices à l’étonnement (jardins, villages, entreprises artisanales…). Lors des activités ‘prises de vues’ ils se prennent souvent en photos ou en train de prendre des photos. Il faut se laisser surprendre par ce qu’ils ont à nous montrer, laisser parler l’émotion, ne pas rechercher la technicité ou l’esthétique du rendu. Ils ont un regard ‘premier’ souvent guidé par leurs centres d’intérêt.

Et Serge Boissel de conclure « La photo est, naturellement, un puissant vecteur de communication et d’expression, un activateur de lien qui déclenche la parole, l’affectivité. Au sein de la Maison Perce-Neige nos photos fonctionnent comme des ‘petites fourmis porteuses de mémoire’ permettant aux résidents d’entrer en relation, de situer et de se remémorer des moments importants. Cet activateur de souvenirs permet alors d’exprimer des sentiments, des émotions. Toujours riches.

Derrière chaque photo, l’auteur se devine au travers de la technicité, des cadrages, des centres d’intérêt et de la sensibilité… personnelle. La photo telle un miroir de la pensée ! Avec elle, la communication est, de fait, établie. »

Suivez-nous