Les vacances de personnes adultes handicapées

SOMMAIRE

Partir en vacances lorsque l’on est handicapé est aujourd’hui rendu possible. La loi de février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées fixe le cadre. Tout organisme qui propose des activités de vacances avec un hébergement supérieur à 5 jours, à destination des personnes handicapées majeures, doit détenir l’agrément spécifique : “ Vacances Adaptées Organisées”.

Les vacances adaptées au handicap : qu’est-ce que c’est ?

En fonction du degré d’autonomie de la personne en situation de handicap, l’accompagnement et les activités proposées seront adaptées.

 

Très bonne ou bonne autonomie

Une personne handicapée est qualifiée comme disposant d’une très bonne autonomie lorsque les gestes de la vie quotidienne (toilette, habillement, repas, déplacement) sont totalement pris en charge par elle-même. Tout comme la gestion de son argent. La personne handicapée doit être capable de s’intégrer aisément à la vie en collectivité. Dans ce cas, elle peut bénéficier d’un accompagnement de groupe (1 accompagnateur pour un groupe de 5 à 10 personnes)  et d’une aide individuelle à la demande en cas de difficulté importante.

 

En cas de bonne autonomie, la personne en situation de handicap se prend en charge (toilette, habillement, repas, déplacement). Elle est capable de s’intégrer à un groupe mais peut avoir besoin de repères. Elle est accueillie au sein d’un groupe de 4 à 5 personnes à la charge d’un accompagnateur. Un suivi individuel discret est assuré en continu pour le bon déroulement des activités.

 

Assez bonne ou moyenne autonomie

Si la personne nécessite un accompagnement occasionnel pour les gestes de la vie quotidienne, elle est accueillie dans un groupe de 3 à 4 personnes maximum à la charge d’un accompagnateur. Ce type d’accompagnement concerne les personnes handicapées avec quelques troubles occasionnels identifiés et qui peuvent être aisément apaisés par un tiers.  Elle bénéficie d’un suivi individuel continu pour garantir sa sécurité.

 

Faible autonomie ou grande dépendance

Pour les personnes connaissant une faible autonomie et qui ont besoin d’une aide régulière, l’accompagnement proposé est permanent. Cela concerne les personnes handicapées dont l’humeur peut être imprévisible mais sans danger pour la personne ou un tiers.  Un accompagnateur prend en charge 2 à 3 personnes à faible autonomie. Les activités sont rendues accessibles pour favoriser l’ouverture à l’autre.

 

En cas de grande dépendance, lorsqu’une aide apportée est systématique et que le comportement peut être imprévisible ou atypique, la personne handicapée bénéficie d’un accompagnement individualisé permanent pour garantir sa sécurité et celle du groupe. Les activités sont simplifiées pour permettre l’intégration à un groupe et à un environnement nouveau.

Quelles aides pour financer les vacances adaptées ?

Il est possible de solliciter plusieurs organismes pour aider le financement du surcoût lié au handicap lors des vacances.

 

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

La personne handicapée qui perçoit l’AAH (allocation adulte handicapé) et qui ne reçoit pas l’ACTP (allocation compensatrice pour tierce personne) peut faire une demande de PCH auprès de la MDPH. La MDPH peut accorder une partie des frais liés au séjour adapté. La ‘PCH vacances’ permet d’obtenir pour un séjour adapté 600€ par an au maximum.

 

Il est aussi possible d’obtenir une aide financière pour l’organisation de vacances autonomes avec la PCH :

– financement de frais de transport à raison d’un départ en congé par an. Le déplacement de l’accompagnateur peut aussi être pris en charge

– financement d’une tierce personne durant les vacances (aide humaine) à solliciter lors de l’élaboration du plan de compensation.

 

L’Aide aux Projets Vacances (APV) par l’ANCV

L’agence nationale pour les chèques vacances (ANCV) favorise l’accès aux vacances des personnes en situation de handicap par le versement de l’Aide au Projet Vacances.  Les personnes handicapées, leurs familles et les accompagnateurs bénévoles peuvent solliciter cette aide.

Le séjour doit se dérouler en France (DOM-TOM inclus). Les cures thermales et autres séjours à dimension religieuse ne sont pas pris en compte.

 

L’ANCV ne doit pas être le seul organisme sollicité. Il est nécessaire de contacter un autre organisme afin d’obtenir un cofinancement. Cette aide est accordée sous condition de ressources (quotient familial inférieur à 900€ et sous condition d’un coût journalier maximum). La participation est plafonnée à 45% maximum du coût total du séjour et ne peut être supérieure à 550€. Un seul départ par an peut être subventionné pour un séjour de 3 à 20 nuitées.

 

L’aide est attribuée sous forme de chèques vacances. Il faut donc vérifier que l’organisme sollicité les accepte.

Une adhésion obligatoire de 15€ est à verser avec le formulaire de demande.

Pour faire cette demande, il faut obligatoirement se rapprocher d’un organisme agréé porteur de projets ANCV. Pour connaitre les porteurs de projets proches de chez vous, vous pouvez vous renseigner auprès de l’association ALEFPA qui est chargée par l’ANCV des aides aux projets vacances.

 

Les autres organismes à solliciter

D’autres organismes publics ou privés peuvent également être sollicités pour le financement des séjours adaptés. Il s’agit, entre autres, de :